Vous avez une question ?

Vous avez besoin d'un conseil ?

numéro vert Soliha Provence0800 450 462*appel gratuit depuis un poste fixe

Provence

Accompagnement social

Habitat insalubre ou indigne

La lutte contre l’habitat indigne et très dégradé, qui peut engendrer des dommages physiques et de santé aux occupants, demeure une des priorités des politiques publiques. Malgré l’existence de dispositifs incitatifs et coercitifs, l’habitat dégradé reste présent sur le territoire. Afin de résorber ces situations d’habitat indigne, nous apportons des solutions juridiques, techniques, sociales, financières et de politique d’aménagement aux commanditaires publics et privés.

Qu’est-ce que l’habitat indigne ?

« Constituent un habitat indigne les locaux ou installations utilisés aux fins d’habitation et impropres par nature à cet usage, ainsi que les logements dont l’état, ou celui du bâtiment dans lequel ils sont situés, expose les occupants à des risques manifestes pouvant porter atteinte à leur sécurité physique ou à leur santé». Article 84 de la Loi « Boutin » n° 2009-323 du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion.

Sont donc considérés comme indignes les logements, immeubles et locaux insalubres, locaux avec présence de plomb accessible (risque de saturnisme), immeubles menaçant ruine, hôtels meublés dangereux, habitats précaires, et dont la suppression ou la réhabilitation relève des pouvoirs de police administrative exercés par les maires et les préfets.

Cependant, l’habitat indigne ne recouvre ni les logements inconfortables (ne disposant pas d’une salle d’eau, de toilettes intérieures ou d’un chauffage central), ni les logements vétustes (défaut d’entretien), ni les logements non décents au sens de la loi SRU et de son décret d’application du 30 janvier 2002.

Eradication de l’habitat indigne (EHI)

Soliha Provence intervient dans le cadre de protocoles EHI depuis 2007. Le protocole EHI permet de renforcer les actions de lutte contre l’habitat indigne et le rapprochement entre différents intervenants, les services de la commune, l’Etat, la Caf, l’Adil, et l’opérateur Soliha Provence en charge du traitement des situations. Ce mode d’organisation mobilise dans la durée l’ensemble des partenaires concernés.

Il permet de mettre en évidence les problématiques :

Soliha Provence propose aux communes d’organiser le recensement et le repérage indispensables des situations d’indignité et de traiter les situations.