Vous avez une question ?

Vous avez besoin d'un conseil ?

numéro vert Soliha Provence0800 450 462*appel gratuit depuis un poste fixe

Provence

Réhabilitation

Lutte contre la précarité énergétique

Depuis le Grenelle de l’environnement, les travaux de lutte contre la précarité énergétique sont devenus la priorité des financeurs tels que l’Anah et des cofinanceurs que sont les collectivités locales. L’objectif est de limiter la consommation énergétique des ménages, en particulier les plus défavorisés et de diminuer les émissions de CO2.

Des aides spécifiques ont été mises en place en particulier pour les propriétaires occupants (programme national « Habiter Mieux », pour l’aide à la rénovation thermique des logements) et des obligations de résultats définies pour les propriétaires bailleurs souhaitant bénéficier de subventions.

Des financements spécifiques pour les propriétaires occupants modestes

Le programme national « Habiter Mieux » est doté d’un fonds de 500 millions d’euros géré par l’Anah. Ce fonds est destiné à aider 300 000 propriétaires occupants à financer des travaux de rénovation thermique. L’objectif est de diminuer de façon significative les déperditions énergétiques de leurs logements et en conséquence leurs factures d’énergie.

Des obligations de résultat pour les propriétaires bailleurs

Afin d’obtenir une aide de l’Anah, tout dossier de demande de financement de travaux déposé par un propriétaire bailleur entraîne l’obligation d’atteindre une étiquette énergétique de niveau E, à minima. En outre, plus la performance thermique des travaux est élevée, plus les financements mobilisables sont nombreux (par exemple, le Conseil régional PACA n’intervient financièrement que si le niveau énergétique des travaux atteint le niveau C+).

Des DPE obligatoires

Pour bénéficier des aides du programme « Habiter Mieux » la réalisation de diagnostics énergétiques est obligatoire. Ils permettront de situer la performance énergétique initiale du logement et de prescrire un certain nombre de travaux afin d’atteindre une plus-value d’au moins deux étiquettes énergétiques.