Vous avez une question ?

Vous avez besoin d'un conseil ?

numéro vert Soliha Provence0800 450 462*appel gratuit depuis un poste fixe

Provence

Soliha

Le mot du président

Elu fin 2016 à la présidence de Soliha Provence, vous avez vécu votre première année pleine à ce poste en 2017...
Oui, et cela donne effectivement une vision et une perception différente de l’activité de l’association, plus exhaustive, plus en profondeur. Auparavant, à la place de l’administrateur que j’ai été pendant plusieurs années, je ne prenais pas la mesure de l’ensemble des activités de l’association. Seuls les dossiers abordés en Conseil d’administration étaient connus de moi.

Aujourd’hui, je mesure la diversité et la complémentarité des interventions de Soliha Provence. Et je mesure aussi à quel point l’association est essentielle dans le service qu’elle apporte aux ménages en difficulté, dans les partenariats institutionnels qu’elle développe, dans les montages financiers originaux qu’elle défriche et dans les expérimentations qu’elle mène.

Sans oublier un travail de fond plus discret mais extrêmement utile, comme la réhabilitation accompagnée, l’adaptation des logements pour le maintien à domicile des personnes âgées, ou pour répondre aux situations de handicap, la gestion locative sociale d’un parc d’environ 1 300 logements et son développement, en maitrise d’ouvrage d’insertion, en régie ou par l’intermédiaire de la SA Coopérative Soliha Méditerranée « Bâtisseur de Logement d’Insertion », dont nous sommes le principal coopérateur. En tout cas, je suis fier de tout ce que Soliha Provence réalise, non seulement dans ses métiers de base, mais aussi à travers des expériences comme «Un chez soi d’abord», qui a depuis été pérennisé, « le lieu de répit », le partenariat avec France Terre d’Asile pour accueillir des familles de réfugiés Syriens, actions développées par notre cellule «Développement et innovation sociale» qui nous permet d’être en pointe sur tous ces domaines d’expérimentation.

Quel événement mettriez-vous en avant pour l’année 2017 ?
Ce que je voudrais mettre en avant, c’est l’inscription de notre activité dans le champ de l’économie sociale et solidaire (ESS). Nous avons adhéré cette année à la « Chambre régionale de l’Economie sociale et solidaire en Provence-AlpesCôte d’Azur » (CRESS PACA) et c’est symboliquement très important.

Nous y retrouvons non seulement le monde associatif qui nous est familier, mais aussi des partenaires institutionnels et financiers comme les mutuelles et les banques coopératives, avec lesquels nous développons des partenariats durables pour imaginer des programmes d’action et leur financement.

Cela veut-il dire que Soliha Provence va revoir ses stratégies ?
Il y a simplement, dans un premier temps, une mission d’études en cours sur l’organisation interne, que nous prolongerons probablement par une réflexion stratégique sur le projet associatif, intégrant une politique de RSE (responsabilité sociétale des entreprises) avec nos «parties prenantes», c’est-à-dire, pour nous, les benéficiaires de notre activité, nos partenaires (les collectivités en priorité, mais aussi les entreprises et nos partenaires institutionnels) et, bien sûr, nos salariés. Nous allons sans doute passer en 2018 le cap des 100 salariés, et nous réalisons plus de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel ; cela justifie une réflexion sur l‘évolution de notre culture d’entreprise, et l’adaptation de notre politique de communication interne et externe.
Nous verrons alors si, et comment, nos actions pourront s'infléchir. Le processus a été enclenché en 2017, il se poursuivra par la suite avec un Conseil d’administration élargi.

L’Assemblée générale de Soliha Provence aura lieu en 2018 à Martigues, après Châteaurenard en 2017. Il semble qu’il y ait une volonté de sillonner le département...
ça ne vous a pas échappé ! Oui, cela illustre bien l’implication de Soliha Provence qui veut mettre son développement au service des territoires sur lesquels elle intervient. Nous avons de nombreuses missions à Martigues, depuis de nombreuses années, et tout ce que nous faisons, que ce soit là ou ailleurs, nous le faisons pour les territoires et en total partenariat avec les collectivités. J’en profite pour saluer la ville de Martigues et son maire, Gaby Charroux, qui vont nous accueillir. Ce sera un grand plaisir d’y tenir notre Assemblée générale.

Philippe OLIVIERO